Poussieres-fines.ch

Rétrospective

La pollution due aux particules fines a beaucoup diminué depuis 1991, mais elle dé-passe encore à certains endroits les valeurs limites.

La situation des poussières fines est en amélioration. En effet, en 2017, seuls quelques jours ont enregistré des valeurs excessivement élevées et les risques pour la santé ont fortement diminué au cours des 15 dernières années en raison de la baisse des concentrations annuelles. En 2017, la plupart des stations de mesures en Suisse respectaient la valeur limite d’immission annuelle.

Ces valeurs sont néanmoins fortement dépendantes des conditions météorologiques. Les situations d’inversion, qui se produisent durant les mois d’hiver, entraînent de grandes fluctuations et influencent les moyennes annuelles, ainsi que le nombre de dépassements de la valeur limite journalière.

Les graphiques ci-dessous présentent l’évolution des concentrations mesurées dans l’ensemble des stations en Suisse (avec indication de l’écart sur les valeurs mesurées).

Entwicklung Nord

Entwicklung Sued

Au contraire des PM10, les moyennes annuelles de PM2,5 dépassent encore sur de nombreux sites les valeurs limites d’immissions entrées en vigueur le 1er juin 2018, même s’il y a aussi une tendance à la baisse.

En Suisse, les immissions de PM2,5 et de PM10 sont en étroite corrélation et la baisse des concentrations enregistrées au cours des dernières années suit une pente similaire. Cela signifie que les mesures de réduction des émissions adoptées ont eu un impact semblable sur les PM10 et les PM2,5. En moyenne, les immissions de PM2,5 représentent environ 75% des immissions de PM10.

Graphique indiquant l’évolution des concentrations annuelles de PM2,5 mesurées dès 1998 dans le réseau NABEL.

Entwicklung Pm25 Fr